Naturopathie : comment se déroule un bilan de vitalité ?

Le bilan de naturopathie – ou bilan de vitalité – est établi lors de la première rencontre avec le naturopathe. Celui-ci a pour objectif de collecter un maximum d’informations sur l’état de forme physique et psychologique du sujet, dans le but de lui donner des conseils d’hygiène de vie à appliquer au quotidien. Céline Douaire, naturopathe à Lyon, nous explique son déroulé.

 

Sommaire

  1. Quand réaliser un bilan de vitalité ?
  2. Chercher la cause plutôt que traiter le symptôme
  3. Concrètement, comment cela se passe ?
  4. Guider chacun sur la voie de l’autonomie
  5. En pratique :

Quand réaliser un bilan de vitalité ?

Comme son nom l’indique, le bilan de vitalité a pour mission de mesurer l’état de forme d’un sujet, en faisant le point sur les forces et les faiblesses de son organisme, et notamment de ses organes. L’idéal serait qu’il soit pratiqué de manière préventive, dans la lignée de la philosophie de la naturopathie qui suggère que le corps a la capacité de se rééquilibrer de manière autonome pour éviter l’apparition de problèmes (principe d’homéostasie). « Mais en réalité, dans 99,5 % des cas, les personnes qui me consultent souffrent déjà d’un problème de santé« , introduit la naturopathe.

Chercher la cause plutôt que traiter le symptôme

Tout comme la médecine traditionnelle chinoise, la naturopathie cherche à trouver l’origine de la plainte, « et non pas à traiter uniquement les symptômes« , souligne Céline Douaire. De ce fait, en théorie, un individu ne devrait pas être obligé de reconsulter dans l’année après ce bilan de vitalité, mais pourrait attendre un ou deux ans. « Toutefois, je revois les personnes trois mois après afin de constater ce qu’elles ont réussi à mettre en place et quels sont les effets ressentis, et j’apporte d’éventuelles modifications pour rectifier le protocole ou encore aller plus loin« , poursuit la spécialiste.