Les dernières recherches scientifiques permettent de ne plus dissocier les processus cognitifs des processus affectifs, émotionnels ou comportementaux.

Tout se passe au niveau de notre cerveau : pourtant celui–ci ne pèse que 2% de notre poids et cependant consomme 20% de notre énergie. Cette énergie est fournie exclusivement par nos aliments. De ce fait, il est indispensable de se nourrir convenablement pour qu’il se développe et fonctionne à un niveau optimal. Cela nous permet d’être en bonne santé, de conserver un esprit rapide et éveillé et de nous sentir heureux tout au long de notre vie.

Notre cerveau a besoin de sucre. Chaque jour il brûle approximativement 120g de glucose pur. Pourquoi et comment compenser cette perte ? Sucres rapides ou sucres lents? Selon votre tempérament, votre activité et votre métabolisme, votre naturopathe vous guidera afin d’adapter au mieux vos apports à vos besoins quotidiens.

Notre cerveau a besoin de quarante éléments nutritionnels : 15 minéraux et oligo-éléments et 13 vitamines (présents surtout dans les vegétaux et les céréales complètes), 8 acides aminés (majoritairement issus des protéines de notre alimentation) et 4 acides gras. Toute carence de l’un ou l’autre de ces éléments peut altérer le fonctionnement des cellules nerveuses, et par conséquent de la mémoire.

Notre cerveau a besoin d’eau : même une légère déshydratation peut avoir des conséquences sur la mémoire.

Après le tissu adipeux, le cerveau est l’organe le plus riche en lipides (60% de son poids sec). Faire un régime qui réduit ou supprime les graisses, est-ce bon pour le cerveau ? Dès la première consultation avec votre naturopathe, je vous donnerai les clefs afin de consommer les lipides en qualité et quantité optimale.

 Si nous nourrissons convenablement notre cerveau, tout notre corps en bénéficie. La neurodiététique ou science du cerveau pour mieux manger permet de comprendre les répercussions de notre alimentation sur notre vie et sur notre équilibre émotionnel, en évitant de succomber au marketing alimentaire ou à des conseils qui n’ont aucune valeur scientifique.